Poix Audrey – Reliure
audreypoix@free.fr

« Les livres, autrefois, étaient considérés comme des objets de luxe puisqu’ils étaient reliés richement. Aujourd’hui, la plupart des livres sont présentés comme des brochures qui sont assez difficiles à conserver en bon état. Rapidement les couvertures se froissent, se cornent, les dos se brisent et les ouvrages ont un aspect négligé dans nos bibliothèques.
Amis des livres qui souffrez de ce désordre, vous avez sûrement songé à les protéger. Pourquoi ne pas pousser un peu plus cette idée en décidant de les faire relier.
Attirée par le travail manuel et artistique je me suis orientée vers les arts de la reliure pour ma reconversion professionnelle. Après une formation de 2 ans au musée de l’imprimerie de Nantes et l’obtention du diplôme des arts de la reliure je propose des prestations variées telles que : La reliure traditionnelle et contemporaine avec la remise en état de livres abîmés ou la reliure de livre neufs, la reliure de documents administratifs, la reliure de création.
Je réalise des carnets, carnets de voyage, livres blancs, albums photos, livre d’or. Je propose aussi des projets personnalisés sur commande. »



Le Marché noir : Art imprimé et édition (sérigraphie & gravure)
Collectif regroupant 4 associations d’arts imprimés rennaise.
Contact : 3615marchenoir@gmail.com

– L’Atelier du Bourg
– L’Atelier Barbe à Papier
– La Presse Purée
– L’Atelier l’Imprimerie



Maëlle Bastard – Gravure, dessin, peinture
http://www.atelier-art-therapie.com

Visuels

L’UNIVERS VÉGÉTAL ET ORGANIQUE COMME ESSENCE CRÉATIVE :  J’explore l’univers végétal pour la diversité de ses textures et matières. C’est pour moi l’occasion de confronter des formes et des couleurs offrant un nouveau regard sur cette vie organique.  A travers mes recherches plastiques, j’expérimente et questionne le rapport singulier qui unit fragilité et robustesse au sein du monde organique. Je fais évoluer une forme à mi-chemin entre végétal et cellulaire au fil de mes productions. Elle est caractérisée par une combinaison de fins volumes, qui semblent pouvoir se briser à tout moment, avec leurs opposés, massifs et déterminés. Leur équilibre repose sur cette relation fragile, où chaque élément structure la stabilité de l’ensemble.
UN PROCESSUS CRÉATIF BASÉ SUR L’ITÉRATION : Mes travaux adoptent différentes formes. Ils peuvent naître d’une expérimentation graphique pure autours de formes organiques relativement abstraites. Les éléments revêtent alors des silhouettes filiformes et torturées mais stables malgré tout.  Ils prennent aussi parfois l’aspect d’un paysage, issu du réel ou non, que j’enrichis progressivement de nouveaux détails à l’aide d’ombrage, de grains et de contrastes. Cette errance est prétexte à la recherche de textures colorées.



Bénédicte Klène – Travail du papier, sérigraphie, collage, dessin
https://benedicteklene.wordpress.com/peintures-installations/

KLENE Panorama des Petits Riens de RENNES

Bénédicte Klène se définit comme chrono-croqueuse. Le papier et le dessin sont toujours au centre de son processus créatif. La série Les Petits Riens est réalisée sur des carnets de croquis de voyage que l’artiste a longtemps tenus secrets. Le dessin y tient son double rôle de mémorial et d’intermédiaire.
Mémorial en ce qu’il capte des instants définitivement révolus et permet d’en garder une trace potentiellement réactivante. Intermédiaire en ce qu’il sert de point de passage dans la constitution d’œuvres moins intimistes : peintures, performances ou, plus simplement, mise en scène des carnets de croquis… Mouvement pendulaire incessant entre les dimensions publique et intime, en évitant l’écueil de l’exhibitionnisme… Métaphore limpide du rôle du créateur en tant que passeur de messages et/ou d’émotions.

Louis Doucet , In catalogue Mac Paris. 2014



Tonin Emmanuelle  – Travail du papier, sérigraphie, collage, dessin
https://emmanuelletonin.wordpress.com

Diplômée des Beaux Arts de Rennes en 2003 avec un DNSEP en design espace, Emmanuelle Tonin s’inspire des formes qu’elle appellera « motifs », présents dans notre environnement. Son travail s’articule entre « l’objet »et l’installation et réunit souvent les forces contraires : la verticalité / l’horizontalité, la courbe / le trait, l’état statique / l’état dynamique, l’élément naturel/industriel…
Depuis quelques années le papier est omniprésent dans sa démarche. Elle le récupère, fabrique, découpe, déchire, colle, assemble afin de réaliser des espaces réduits, des mini architectures comme des sculptures/livres ou des espaces incluant la manipulation du spectateur. Elle questionne l’espace en travaillant sur la série, l’accumulation pour construire des volumes, passant donc de l’infiniment petit à l’infiniment grand, en se mettant dans une situation de répétition gestuelle et scénique.



 

 

Publicités