PETROLE, Clown jeté sur la voie publique

Après LA GRANDE CECILE par Cécile Le Guern, MADAME PARDON, par Corinne Mazet (Cie Dginko), LA REINE DES POMMES par Laurence Poueyto (cie si tu t’imagines), puis LIBICOCO par Ingrid Coetzer (cie Martin Eden), Entre là fait encore cette année une belle place au CLOWN ADULTE FEMININ.

Pour notre plus grand plaisir, voici :

« Pétrole, clown jeté sur la voix publique »,
par Kristel Kerdavid – Cie Ostinato. 
Clown plutôt pour adultes et enfants accompagnés à partir de 10 ans.
Chez Marilyn et Philippe – samedi 24 février – 14h30 et 16h30 – 40mn  Tarif: 8 €/ 5€

image.jpg

« C’est un spectacle de clown qui évoque le sentiment d’exclusion sous de multiples facettes. Il invite chaque spectateur à se laisser toucher ou concerner par ce sentiment, à se laisser aller à la réflexion par le biais de l’émotion et de la dérision.Oser naître, oser franchir la limite, s’autoriser à exister malgré la peur, la difficulté ou l’interdit. Offrir sa fragilité, sa force et sa face de clown à la face du monde ;  revendiquer son droit d’exister par une simple présence au monde, un battement de cœur, une respiration. Pétrole va  déchirer son placenta et affronter ce qu’il va trouver au dehors : un monde à interpréter sous le filtre de sa naïveté et de son envie d’exister. La poésie est liée à l’interprétation du hasard mêlée à la naïveté de cet être qui cherche à comprendre son entourage, en faire partie, à se mêler au monde, à jubiler avec lui.  Pétrole s’enthousiasme à rencontrer ce monde mais s’étonne ou se méfie de certains détails qui peuvent lui paraître inquiétants ou incongrus.
Pétrole s’exprime, il est le roi de la digression, il balance tout ce qui se forme dans son esprit-corps. Il est touchant, mais parfois au détour d’un jeu, d’un excès d’énergie ou d’une remarque anodine et futile, son filtre peut créer une vision acerbe et grinçante sur certaines facettes de l’Homme, du monde ou de notre société.
Pétrole c’est un clown pas trop pour les enfants… trop fragiles, trop imprévisibles pour lui ; lui-même si fragile et si imprévisible. Les rencontres sont toujours fortes pourtant…  Mais il a besoin de tout dire, et se laissera être sans vergogne. »
Texte issu du site du Théatre Ostinato

 

 

Publicités